Le réseau de création et d'accompagnement pédagogiques de Lyon Folimage Une vie de chat Gebeka
Nom du site
Au sommaire de cette page
Expositions >> « Autopsie d'un polar »         |         Impression

« Autopsie d'un polar »

Les secrets d'écriture du film

Télécharger l'affiche

L’exposition « Autopsie d’un polar », conçue par L’équipée, association pour le développement du cinéma d’animation, lève le voile sur les secrets d’écriture du long métrage d’animation de Folimage « Une vie de chat » de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol.

Elle propose un parallèle entre écriture scénaristique et écriture graphique dont l’adéquation est particulière dans ce film au regard du parcours de ses auteurs / réalisateurs.

En effet, Alain Gagnol, scénariste et réalisateur, et Jean-Loup Felicioli, auteur graphique et réalisateur, travaillent ensemble depuis 15 ans et ont déjà coréalisé quatre courts métrages et une série.

L’objectif de cette exposition est d’essayer de rentrer dans l’intimité de ces deux auteurs de restituer au mieux cette alchimie qui a abouti à l’écriture de leur film, et de répondre à la question : comment les échanges entre mots et dessins ont fait naitre ce polar en dessins animés ?

La scénographie de l’exposition a été confiée par L’équipée à François Lignier, professionnel du cinéma d’animation.

L’ouverture de l’exposition lancera également la sortie d’une mallette pédagogique autour de l’écriture scénaristique, Des mots à l’image.

Les principes de l’exposition

Dans un premier temps, c’est Alain Gagnol, le scénariste, qui est le véritable auteur de l’histoire. Jean-Loup Felicioli, à son service, fait des propositions graphiques qui évoluent avec le scénario. C’est au moment de la mise en scène (storyboard) de la version finale que les propositions dessinées font évoluer le rythme de l’histoire, enrichissent ou simplifient la psychologie d’un personnage, le déroulement d’une action, etc., le fond de l’histoire restant inchangé.

Dans l'esprit du polar, l’exposition fait mener l'enquête au visiteur. Des indices en mots (d'Alain Gagnol) puis en dessins (de Jean-Loup Felicioli) petit à petit rassemblés font découvrir les grandes composantes du film.

L'histoire est présentée en « pièces détachées », avec de fausses pistes, issues des deux premières versions du scénario et des recherches graphiques, pour faire ressentir le travail d’écriture (texte et dessins) en évolution. Le puzzle est achevé à la fin du parcours de l’exposition.

Mise en scène de l'exposition

L’exposition est présentée en quatre espaces, dont la scénographie est de plus en plus « mise en scène » de l’espace 1 à l’espace 4. En parallèle de cette montée en puissance théâtrale, les fausses pistes vont aller en diminuant pour laisser place, au dernier espace, à la trame du film telle qu’elle existe sur la bobine finale.

Voir le contenu Voir le contenu
Voir le contenu Voir le contenu

« Autopsie d'un polar »

Espace 1 - la salle des mots

Les grandes composantes du film sont illustrées par des éléments écrits qui mélangent des éléments du scénario final avec des « fausses pistes », éléments des deux premières versions, non retenus ou transformés.


« Autopsie d'un polar »

Espace 2 - la salle des images

Les grandes composantes du film sont cette fois-ci illustrées par des éléments graphiques : différentes recherches, dessins noir et blanc ou couleur, décors choisis, certains clairement liés aux textes de « la salle des mots » et d'autres pas. On voit nettement l’évolution graphique de certains éléments au fur et à mesure des différentes versions du scénario.

Les textes sont ici volontairement très peu présents : seuls quelques cartels guident le visiteur.

Ambiance : précieuse et feutrée, comme dans un musée ou une bijouterie. Dessins, grands ou petits, sous cadre, derrière des vitres, sous vitrines. Eclairage tamisé, touches lumineuses sur les « œuvres ». Il s’agira ici de se sentir dans un lieu potentiellement cambriolable mais qui ne l’a pas encore été.


« Autopsie d'un polar »

Espace 3 - les images énigmes

Au moment de la mise en scène, véritable travail à quatre mains, passage du « pré-storyboard » d’Alain au story-board de Jean-Loup, enrichit de notes et petits textes d’Alain.

Ainsi, une fois familiarisé avec les mots puis avec les images, le visiteur est amené à comprendre comment le passage à l’image fait évoluer l’écrit et comment il a rendu nécessaire :

  • soit le développement de certaines séquences non écrites au départ,
  • soit la dissimulation d’indices pour un meilleur cheminement de l’histoire.

Et, au-delà de l’intérêt pour le rythme ou la qualité graphique du film, Jean Loup développe la psychologie des personnages et enrichit les intentions d’Alain par ses propositions dessinées. Dans cette partie, le visiteur se trouve en présence de l’ensemble des différents supports qui ont participé à l’écriture au sens large du film : le scénario, les dessins, le story-board et l’animatique. Une manière d’aborder les étapes clefs de la réalisation d’un film, de l’écriture jusqu’à l’animatique.


« Autopsie d'un polar »

Espace 4 - dans le bureau du commissaire

Sont rassemblés dans cet espace tous les éléments qui ont influencé, inspiré et fait avancer les deux auteurs. Comme sur une grande frise historique toutes « les pièces de l'enquête » (éléments de textes, croquis, pages de story-board, décors du film, modèles de personnages) sont ordonnées et reliées pour éclairer le visiteur sur le bon déroulement de l’histoire. Quelques éléments non retenus des premières versions sont présentés parallèlement comme sur des « voies de garage ».

Sur l’un des murs, un grand plan de Paris, à l’esthétique de Jean-Loup Felicioli, est affiché : trois parcours sont tracés et traversent la ville en passant par des repères clefs, sous forme de dessins ou de mots, représentant chacune des trois versions du scénario. Le visiteur doit trouver le bon parcours, c'est-à-dire le bon scénario !

Ambiance : le bureau du commissaire avec son bureau métallique, la lampe « d’architecte », des dossiers empilés, un téléphone fatigué, un plan de Paris affiché au mur ainsi qu’une multitude d’images ou d’articles découpés sommairement.

Modalités de présentation de l’exposition

Entrée : 4 euros pour les adultes et 2 euros pour les enfants.
Adresse : la Cartoucherie (salle d’exposition) rue de Chony 26500 Bourg-lès-Valence.
Dates : du 3 décembre 2010 au 31 juillet 2011 - Ouverture au public lors des vacances scolaires - Des visites guidées seront organisées de janvier à juillet pour les groupes.

Renseignements et réservation : sur le site de L’équipée ou au 04 75 78 48 67.

Accueil | Crédits | Mentions légales | Contacts

Haut de page